Caroline Giraud Rachet

Pays : France
Ville : Marseille
Née en : 1972
Supports et techniques : Photographie, tirages réalisés par un laboratoire professionnel, sur papier Fine Art, sur Alu Dibond, sous plexiglass Diasec

Après mes études à Marseille et Aix-en-Provence j’ai travaillé dans la communication chez Publicis Paris durant 14 années. Nostalgique de ma terre (ou plutôt de ma mer) natale, j’ai souhaité rentrer à Marseille en 2009. La photo a toujours fait partie de ma vie, c’est en 2007 que je suis devenue photographe après une formation à l’école de l’image des Gobelins et à la Nikon School. J’ai travaillé en tant que reporter dans événementiel automobile en France et à l’étranger. J’ai couvert de nombreux événements afin d’acquérir une expérience solide.

 

PARCOURS & EXPOSITIONS

    • Ecole de l'image des Gobelins, Paris
    • Formation à la Nikon school
    • 10 années de couverture des rallyes de voitures de luxe

Rencontre avec Caroline Giraud Rachet

Comment êtes-vous devenue artiste ?
Lors de mes voyages je cherche toujours “La” photo puisque la finalité est de pouvoir m’exprimer au travers de ces visuels.

Comment définiriez-vous votre univers ?
Chaque photo présente ma vision singulière d’un instant qui mêle la grâce d’un lieu, la justesse de la lumière, le charme des couleurs ainsi qu’un brin de quelque chose qui m’appartient. Aujourd'hui j'ai rassemblé l'ensemble de mes photos prises depuis 11 ans lors de mes lointains voyages ou de mes détours de reportages. J'ai voulu leur donner une griffe particulière afin de leur trouver un point commun. Deux photos prises sur deux continents différents peuvent se lier comme une évidence. Dans un autre genre, un gros plan de carrosserie de voiture qui se marie avec une carlingue d'avion.

Quel artiste (mort ou vivant) aimeriez-vous rencontrer ?
Steeve Mac Curry

Pouvez-vous partager avec nous une anecdote artistique ?
Alors que je prenais des photos de détails d’avion au musée de l’air du Bourget, un surveillant intéressé par l'idée de faire des gros plans de carlingues m’a proposé de voir une aile fermée au public avec des avions non restaurés, un souvenir incroyable car je cherchais des détails de textures d’époque.